Courtier : voici pourquoi j’ai choisi Binck

 

Vous voulez mon avis sur Binck ? Depuis que j’investis en Bourse, j’ai testé Cortal, Fortuneo, Saxo Banque, Binck, Bourse Direct. Voici pourquoi j’ai choisi Binck.fr.

Au final, aujourd’hui, je n’en utilise plus que deux : Binck pour mon compte titres et Bourse Direct pour mon PEA.

Pour être complet, j’ai également deux assurance-vie : une chez Afer et une chez Boursorama Banque.

Je vous propose de vous expliquer ici pourquoi j’ai choisi Binck.fr pour gérer mon portefeuille boursier dans le cadre de mon compte titres ordinaire (CTO).

Un large choix de placements et de produits

La première raison pour laquelle j’ai choisi Binck, c’est le choix de produits disponibles.

Pour moi qui investis dans les actions à dividendes pour générer des revenus et gagner ma vie, les actions étrangères constituent mon principal univers d’investissement. Et plus particulièrement, les actions américaines.

Binck, sur cet aspect, est clairement particulièrement performant. Il permet d’investir dans un nombre important de pays.

En Europe, Binck permet l’accès à la plupart des places boursières (Francfort, Amsterdam, Londres).

En Amérique, Binck couvre à la fois le marché américain mais aussi canadien. Aux USA, on peut investir sur tous les compartiments (NYSE, NASDAQ, mais aussi AMEX et OTC).

Plus important encore, Binck donne accès à tous les types d’actions, dont les actions préférentielles dans lesquelles j’ai commencé à investir récemment (voir mon article).

Aux USA, Binck permet également d’investir dans les fonds et trackers ETF de tous types. Si je ne suis pas encore investis dans ce type de produits, je pourrais être amené à le faire et Binck me le permet sans problème.

Certes, Binck n’est pas le seul à offrir ce large choix. Fortuneo le permet aussi dans une certaine mesure (mais pas de manière aussi large) et Saxo Banque propose également le même univers de placement (peut-être même un peu plus important).

Une comptabilité des dividendes sans erreurs

Ce point peut paraître évident, mais je vous assure, il ne l’est pas ! En particulier, lorsqu’on investit dans des actions étrangères !

Le point clé ici est la bonne prise en compte de la fiscalité des dividendes étrangers, en particulier américains et canadiens.

Pour avoir testé d’autres courtiers, Binck est le meilleur et le plus fiable sur ce point. Sans conteste.

A titre de comparaison, mes expériences avec Saxo banque sont désastreuses sur ce point. Ayant acheté des actions américaines et canadiennes chez Saxo Banque, je peux vous dire qu’ils ont été incapables de gérer correctement la fiscalité des dividendes.

Et en plus, malgré mes remarques et mes demandes de correction, ils ont été incapables de faire les corrections nécessaires. Bref, un service de « back office »/service client clairement incompétent !

La gestion de la fiscalité des dividendes étrangers est un sujet particulièrement sensible et délicat à traiter pour un courtier en ligne. En particulier, dans mon cas, c’est-à-dire un résident fiscal étranger (au regard de la loi américaine).

Trois exemples :

  • Bien que certaines actions soient côtées sur le marché américain, leur siège social n’est pas forcément aux USA, ce qui implique de ne pas appliquer le prélèvement à la source sur les dividendes américains. Mes investissements dans ce cas de figure ont montré que Binck prenait bien en compte cette spécificité.
  • Les distributions de cash des sociétés n’a pas toujours le statut de « dividendes ». Cette distribution peut, en tout ou partie, prendre la forme de « remboursement de capital ». Dans ce cas, encore, le traitement fiscal de Binck est correct et la retenue à la source américaine n’est pas appliquée.
  • La distribution de revenus des actions préférentielles américaines n’a pas la nature juridique (pour les Etats-Unis) de « dividendes » mais de « coupons d’obligations » qui ne sont pas assujetis aux prélèvements fiscaux américains pour les résidents étrangers. Là encore, la comptabilité de ces distributions est juste chez Binck.
    Clairement, cette juste comptabilité des dividendes est, à mes yeux, ce qui différencie fortement Binck par rapport aux autres courtiers en ligne français.

Attention (mise à jour le 20/09/2016) : Binck se trompe sur la fiscalité des dividendes étrangers

Une transparence dans la comptabilité des dividendes

Un autre point important est la qualité de l’information fournie.

Chaque transaction (au crédit ou au débit) fait l’objet d’un relevé clair et précis. Voici, à titre d’exemple, le relevé d’un versement de dividendes américains.

Dividende Binck

Tous est clairement indiqué : les montants bruts, le taux de change appliqué, les frais, etc… De quoi vérifier l’exactitude des traitements et des informations fournies.

Ce point peut, là aussi, paraître évident. Encore une fois, il ne l’est pas.

Par exemple, chez Fortuneo, cette transparence est totalement absente. La comptabilité du versement des dividendes est inexistante ! Vous recevez sur votre compte une somme en euros, sans savoir comment cette somme a été calculé.

Un comble, même si mes calculs et mes vérifications ont montré que, globalement, je n’avais pas constaté d’erreurs. Mais ce manque de transparence ne m’inspire pas confiance, en particulier pour investir dans des actions à fiscalité spécifique (comme évoqué plus haut).

Une comptabilisation des opérations en temps réel

Là aussi, cela est loin d’être le cas pour tous les brokers.

Lorsque vous achetez ou vendez vos actions, vous aimez savoir quel montant a été débité/crédité pour connaître votre nouveau solde.

Sur ce point, un des paramètres que vous ne maîtrisez pas (en temps réel), est le taux de change qui sera appliqué à votre opération. Cela a un impact sur le montant de votre achat/vente et sur les frais de courtage appliqués.

Chez Binck, cette information est fournie (presque) en temps réel après votre passage d’ordre.

A titre de comparaison, chez Fortuneo, la comptabilisation finale de vos opérations d’achat/vente sur le marché américain prennent…5 jours !! Autant dire que ce n’est pas possible de gérer correctement son portefeuille dans ces conditions.

C’est d’ailleurs, la principale raison qui m’a fait arrêter d’utiliser Fortuneo.

Des tarifs (frais de courtage) attractifs

Même si les tarifs constituent le principal critère de sélection de la plupart des personnes, la qualité du service (en particulier la bonne comptabilité du compte) est, pour moi, le point principal dans le choix d’un courtier en ligne.

C’est la raison pour laquelle, la question des tarifs arrive après.

Mais, là aussi, sur ce point, Binck est performant. Même s’il n’est pas le moins cher, ses tarifs sont particulièrement attractifs par rapport à ses concurrents.

A titre d’exemple, pour un ordre de 10 000 € sur le marché américain les frais de courtage se montent à :

  • Environ 13 € (0,13%) chez Saxo Banque
  • Environ 15 € (0,15%) chez Binck
  • Environ 50 € (0,50%) chez Fortuneo

Pour un prix légèrement supérieur par rapport à Saxo Banque, la qualité de service chez Binck est hors du commun avec Saxo Banque.

Par rapport à Fortuneo, il n’y a vraiment pas photo tant au niveau du service que du prix (plus de trois plus élevés chez Fortuneo).

Au final, d’après mon expérience : le (presque) moins cher est le meilleur !

D’autres points à considérer

Les éléments que je vous ai présenté ci-dessus sont les points différenciants de Binck par rapport aux autres courtiers en ligne (en particulier Saxo Banque et Fortuneo).

Mais Binck présente également d’autres atouts à mes yeux (même s’ils sont moins différenciants) :

  • Une interface claire et efficace
  • Binck fournit chaque année un IFU (imprimé fiscal unique) permettant de faire sa déclaration d’impôt facilement et rapidement.
    Sur ce point d’ailleurs, j’ai constaté que les informations sont transmises automatiquement au service des impôts, de telle sorte que ma déclaration d’impôt est pré-remplie en ligne avec les éléments fournis par Binck.
  • Un service client plutôt efficace, rapide et compétent
  • Pas de frais d’ouverture de compte, de gestion, de garde, d’inactivité, etc…
  • Une interface en ligne qui permet de connaître en temps réel le montant des plus-values/moins-values latentes et réalisées.

Deux petites limites

Même si je suis globalement positif avec mon compte Binck, je regrette néanmoins deux points :

  • Pas de possibilité de traiter les options américaines ou canadiennes.
  • Quelques compartiments d’actions non accessibles, comme les MLP (Master Limited Partnerships) américaines, en raison de la difficile comptabilisation des revenus versés par les MLP.

Parrainage : 100 euros offerts

En vous parrainant, Binck vous rembourse 100 € en frais de courtage (et moi je bénéficierai de la même chose).

Vous pouvez ouvrir un compte-titres (comme moi) ou votre PEA.

Profitez de l’offre de parrainage Binck en cliquant ici.

Je filme mon écran

Pour conclure cet article, je vous propose de vous montrer en réel mon interface Binck.

J’ai réalisé une vidéo où je filme mon écran et je vous montre en direct une opération d’achat/vente d’actions sur le marché américain.

Cette vidéo est accessible ici :

4 Commentaires