CAC 40 : Pourquoi on vous MENT !

Le problème avec le CAC 40, c’est qu’il ne reflète pas la réalité d’un investissement boursier dans le CAC 40 ! Comme nous allons le voir, le plus représentatif de la performance du CAC 40 est le CAC 40 dividendes réinvestis (CAC40GR).

Je vais vous montrer pourquoi on ne vous dit pas tout, ou, d’une certaine manière, pourquoi on vous trompe sur l’investissement boursier en prenant comme base le CAC 40 !

Définition : Qu’est-ce que le CAC 40 ?

Le CAC 40 est un indice créé en 1987. Le CAC 40 (pour “cotation assistée en continu”) est le principal indice boursier de la Bourse de Paris. Son code mnémonique est (ticker Google) est INDEXEURO:PX1.

L’acronyme date d’avant la réforme des marchés boursiers français (1988), quand les agents de change, réunis dans une Compagnie des Agents de Change (CAC), avaient encore le monopole des transactions.

Clin d’œil à leur ancienne référence, les trois lettres de l’indice signifient désormais «cotation assistée en continu».

L’indice a été lancé le 15 juin 1988, avec effet rétroactif au 31 décembre 1987, sur une base de 1.000 points.

L’indice CAC 40 est déterminé à partir des cours de quarante plus grosses actions cotées sur le marché français. Ces sociétés, représentatives des différentes branches d’activités, reflètent en principe la tendance globale de l’économie des grandes entreprises françaises côtées et leur liste est revue trimestriellement. La composition des actions du CAC 40 évolue donc régulièrement.

Il a été créé sur la base d’une valeur de 1 000 points au 31 décembre 1987. Donc, quand vous entendez que le CAC 40 vaut 5 200 points (Avril 2017), cela veut dire concrétement que sa valeur a été multiplié par 5,2 entre le 1er Janvier 1988 et Avril 2017.

Et comme le “CAC 40” est censé représenté la valeur d’un investissement boursier dans les actions françaises, vous avez, à tort, l’impression que ce n’est pas très” rentable” et plutôt “risqué” !

En particulier, si l’on observe l’évolution du CAC 40 depuis 2000, comme le montre le graphique ci-dessous (source Yahoo).

EvolutionCAC40.jpg

Ainsi, alors que le CAC 40 côtait à son plus haut historique le 4 septembre 2000 près de 7 000 points (6 944 exactement), il côte aujourd’hui “seulement” environ 5 200 points. Certains en conlueront donc qu’investir en Bourse vous fait perdre de l’argent (-25% environ) et que ce n’est pas “rentable” ou “performant”.

C’est, en effet, la vision qu’on pourrait avoir si on se fie à l’indice CAC 40 et qu’on considère qu’il reflète un investissement moyen en Bourse.

Les Dividendes du CAC 40

dividendes CAC 40

  • Les dividendes de toutes les sociétés du CAC 40.
  • Le rendement de chaque action
  • L’historique de tous les dividendes depuis 10 ans
  • Format PDF
  • Mais aussi la liste format Microsoft Excel
  • Téléchargement 100% gratuit !

privacy Une liste exclusive RevenusEtDividendes.com

Le problème avec l’évolution de l’historique du CAC 40

Le problème avec le CAC 40, c’est qu’il ne reflète pas la réalité d’un investissement boursier dans le CAC 40.

Pourquoi ?

Tout simplement, parce que le CAC 40 qu’on vous présente ne tient pas compte des dividendes et du réinvestissement de ceux-ci !

Quand vous investissez en Bourse, vous recevez des dividendes (pour les sociétés qui en versent comme le dividende Crédit Agricole). Or, ces dividendes versés n’apparaissent pas dans le cours de bourse.

Bien au contraire, puisque lorsque la société détache son dividende (selon les règles du calendrier des dividendes), le cours de bourse de la société baisse du même montant (brut) du dividende versé.

D’une certaine manière, plus une société verse des dividendes (et donc plus vous gagnez de revenus), plus son cours va baisser ! Mais, vous comprenez bien que cela n’est pas le cas pour vous car vous avez reçu des dividendes qui compensent la baisse du cours !

Donc, c’est pour cette raison que le CAC 40, qui est seulement une indication de l’évolution du cours de bourse des 40 plus grosses sociétés françaises, ne correspond pas à la réalité d’un investissement boursier dans le CAC 40.

Lorsque vous investissez dans le CAC 40 (en particulier, à travers un ETF/Tracker qui verse des dividendes), vous recevez des revenus de dividendes qui ne sont pas pris en compte dans le cours du CAC 40.

Ainsi, par exemple, si vous aviez investi dans le CAC 40 à travers un tracker/ETF CAC 40 tel que Lyxor ETF CAC 40, vous auriez reçu un dividende de 1,66 euros en 2016 (contre 1,62 euros en 2015) par unité.

Et ces dividendes reçus, si vous ne les utilisiez pas (c’est-à-dire si vous ne les sortez pas de votre compte titres ou PEA) et que vous les réinvestissiez, la valeur de votre investissement aurait augmenté bien plus que l’évolution du cours du CAC 40 ne le laisse supposer.

De combien exactement ? Comment mesurer cet investissement dans le CAC 40 avec les dividendes réinvestis ?

C’est justement là l’intérêt des 2 autres indicateurs de CAC 40.

Le CAC 40 GR et les dividendes réinvestis

Car, quand vous cherchez dans Google Finance, et que vous tapez “CAC 40”, vous verrez afficher 3 indices : le CAC 40, le CAC 40 NR et le CAC 40 GR !

RechercheGoogleCAC40.jpg

La différence entre ces 3 indicateurs du CAC 40 est la suivante :

  1. Le CAC 40 (code INDEXEURO:PX1) est donc l’évolution seule du cours de bourse des sociétés qui composent l’indice CAC 40.
  2. Le CAC 40 GR (pour CAC 40 “Gross Total Return”, code INDEXEURO:PX1GR) est l’évolution d’un investissement dans la CAC 40 en prenant en compte le réinvestissement des dividendes bruts versés par les sociétés du CAC 40.
  3. Le CAC 40 NR (pour “Net Return”, code PX1NR) est l’évolution d’un investissement dans la CAC 40 en prenant en compte le réinvestissement des dividendes nets versés par les sociétés du CAC 40. L’indice avec dividendes Nets réinvestis est calculé après une retenue à la source dont le taux est celui qui serait appliqué aux dividendes versés par les valeurs composant l’indice à un fonds d’investissement basé au Luxembourg. Ce taux est par exemple de 25 % pour les dividendes versés par les sociétés du CAC 40 dont la France est le domicile fiscal.

Le CAC 40 NR n’a pas vraiment d’intérêt dans la mesure où, pour nous résidents fiscaux français, le taux d’imposition du Luxembourg pris en compte n’est pas représentatif de notre situation (en tout cas, pas pour moi) ! On en entend d’ailleurs rarement parlé.

Le CAC 40 GR (« gross total return ») est lui plus intéressant car il correspond bien à une situation réelle d’un investisseur français, en particulier dans avec un PEA.

En effet, avec un PEA, vous recevez vos dividendes sans imposition/taxes et pouvez réinvestir les dividendes reçus (voir l’impôt des dividendes dans un PEA).

Dans un compte-titres, par contre, les dividendes étant taxés/imposés (voir la fiscalité des dividendes français dans un compte-titres) selon votre situation, le CAC 40 GR est donc loin de reflèter la réalité d’un investissement boursier.

Au final, quand on compare la performance du CAC 40 et celle avec les dividendes réinvestis (CAC 40 GR) la différence est juste IMPRESSIONNANTE !.

Alors que les 2 indices ont été créés au même moment (fin 1987) et avec le même nveau (1 000 points), on s’aperçoit que le CAC 40 GR a une performance 2,5 fois supérieure au CAC 40 (13 000 points versus 5 200 points) !

ComparaisonCAC40PX1.jpg

Ainsi, si, au 1er Janvier 1988, vous aviez investi dans le CAC 40 (et que vous aviez réinvestis les dividendes reçu), vous auriez multiplié votre capital par 13 !!

Notons aussi que, le CAC 40 GR est, aujourd’hui (Avril 2017) à son plus haut niveau historique !! Et personne ne vous le dit ! Sauf moi 🙂 Parce que les médias ne parlent que du CAC 40 et jamais de la réalité de l’investissement dans les dividendes mesuré par le CAC 40 GR !

Vous comprenez donc maintenant pourquoi, comme je vous l’avais déjà dit dans un précédent article, l’investissement en bourse n’est pas risqué !

Et si on prend comme point de départ le pire moment pour investir ces dernières années, c’est-à-dire juste avant le “krack” de 2000, votre capital n’aurait pas baissé de 25% comme le laisse supposer le cours de l’indice CAC 40 mais aurait augmenté de près de 37% (passant de 9 500 à 13 000 points) !!

Une différence importante !!

Voilà comment on pourrait vous faire croire que l’investissement en Bourse est “risqué” et “pas rentable” alors que la réalité est bien différente !

Précisons néanmoins que le CAC 40 GR, s’il est proche de la réalité d’un investissement boursier dans l’indice CAC 40, il est difficile dans la pratique de reproduire exactement et totalement cette performance.

En effet, plusieurs facteurs viennent réduire la performance d’un investissement réel :

  • Tout d’abord, comme évoqué précédemment, dans le cas d’un investissement dans un compte-titres, la fiscalité des dividendes vient largement affecté la performance et ne permet pas de réinvestir les dividendes au même niveau que le versement reçu.
  • Le CAC 40 GR ne prend pas en compte les frais (de courtage, en particulier) lors du réinvestissement des dividendes. Or, ces frais de courtage viennent réduire la performance de votre investissement. Ces frais dépendent de chaque courtier et c’est une des raisons pour laquelle (les faibles frais de courtage) j’ai choisi Binck pour mon compte-titres et Bourse Direct pour mon PEA.
  • Investir dans le CAC 40 ne peut se faire que, dans le meilleur des cas, par des trackers/ETF CAC 40. Et il faut savoir que, malgré leurs frais limités (comparativement à un fonds type SICAV/FCP), ceux-ci se montent varient entre 0,2% et 0,5%. Ces frais réduisent aussi la performance de votre investissementt.
  • Enfin, en 1988, il faut bien être conscient que le seul moyen d’investir dans le CAC 40 était à travers des SICAV/FCP à frais annuels importants (0,5% – 1%) qui grévaient encore la performance ! Et dire que certains investissent encore dans le CAC 40 à travers ces fonds !!

Comparaison des indices CAC 40 et DAX

Un autre point important à noter est celui de la comparaison du CAC 40 avec d’autres indices.

Il faut bien être conscient que tous les indices ne se valent pas. Alors que de nombreux “experts” comparent les performances de différents indices, cette comparaison n’a, dans certains cas, pas grand sens si elle n’est pas faite sur la même base.

Alors que certains indices sont calculés dividendes non réinvestis (comme le CAC 40), d’autres prennent en compte les dividendes réinvestis..

Ainsi, il faut bien être conscient de cette différence quand on compare des indices entre eux pour comparer la performance d’un marché/pays par rapport aux autres.

Vous allez ainsi parfois entendre dire que le “marché allemand est plus performant que le marché français” (exemple). Cette analyse se fonde sur la comparaison entre le CAC 40 et le DAX.

Or, il faut savoir que le DAX est un indice dividendes réinvestis (on dit d’ailleurs que c’est un indice “total return” ou “gross return”) alors que le CAC 40 est calculé sans ces dividendes réinvestis (on dit qu’il sagit d’un indice “price return”)..

Dire ainsi que le DAX est plus performant que le CAC 40 est totalement FAUX !

Car, si on compare des choses comparables (le DAX et le CAC 40 GR), la réalité est inverse !

Ainsi, alors que les 2 indices ont été créés à peu près à la même date (1988) et avec une même valeur de départ (1 000 points d’indice), le DAX est à 12 440 points contre 13 000 points contre le CAC 40 GR (Avril 2017).

ComparaisonCACDAX.jpg

Il faut savoir que la plupart des indices boursiers mondiaux sont “price return” (et donc sans dividendes réinvestis) : le S&P 500, le Dow Jones, etc…Si vous souhaitez connaître la performance des indices dividendes réinvestis, il faut chercher « S&P 500 Total Return« , par exemple.

Et la différence est importante, comme sur le S&P 500.

J’espère que cet article vous aura éclairé sur la vérité de l’investissement boursier à travers le CAC 40 et que vous saurez mieux décrypter/relativiser les informations (fausses ?) que vous pouvez entendre sur le CAC 40.

Vous comprenez aussi ici tout l’intérêt de l’investissement dans les dividendes. La performance d’un portefeuille boursier doit clairement prendre en compte ces dividendes. C’est d’autant plus vrai si vous souhaitez investir dans les dividendes pour devenir rentier.

La liste des Actions à Dividendes Mensuels

  • La liste des actions qui versent un dividende chaque mois.
  • Le rendement de chaque action
  • Le code valeur de chaque action
  • Format PDF
  • Mais aussi la liste format Microsoft Excel
  • Téléchargement 100% gratuit !

privacy Une liste exclusive RevenusEtDividendes.com

 

You May Also Like

5 Comments

  1. Bonjour Bertrand, je suis totalement d’accord avec votre analyse. Malheureusement, beaucoup de gérants de fonds se permettent encore de faire un comparatif entre leur rentabilité et celle du CAC40, sans tenir compte des dividendes distribués par les entreprises constituant l’indice, alors que la rentabilité présenté pour leur fonds prend bien compte des dividendes perçus. Une bien bonne tricherie…

  2. Bonjour Bertrand,

    Je suis l’un des vos lecteurs et je vous remercie pour les informations présentées dans cet article.

    Vous critiquez un peux les investissements immobiliers (voir « VOICI POURQUOI LA BOURSE N’EST PAS RISQUEE »).

    Néanmoins, j’aurais aimé savoir davantage sur les SCPI par exemple et votre opinion à ce sujet. Sinon, des société commericales listées et dont l’objet d’activité est l’immobilier.

    Merci beaucoup.

    1. Bonjour, vous avez raison : je vais faire prochainement un article sur les SCPI et l’immobilier en Bourse. Merci de cette suggestion !

  3. Si j’ai bien compris, le CAC (price return) est directement comparable au Dow Jones :

    Date CAC Dow
    2000 7000 11000
    2018 5600 25000

    Comment explique-t-on en substance un tel différentiel d’évolution ?

    Est-ce à dire qu’il vaut mieux être américain en matière d’investissement boursier que français ?
    Même s’il est vrai que l’investisseur américain est conduit vers la bourse presque à son corps défendant, je veux dire par l’interposition des fonds de pension auxquels il cotise.

    Cordialement

    Guy

Laisser un commentaire (votre adresse mail n'est pas publique)