Voici la principale RAISON d’investir dans les ACTIONS A DIVIDENDES

Nous allons répondre dans cet article à des questions que l’on me pose très souvent (plusieurs d’entre vous, lecteurs, me l’ont posé par mail) :

  • Pourquoi investir dans les dividendes ?
  • Est-ce que la recherche de revenus par les dividendes est risquée ?
  • Ne courre-t-on pas le risque de voir la valeur de son portefeuille baisser en investissant dans les dividendes ?

La réponse est simple : investir dans les actions qui versent des dividendes est un gage de performance pour tout portefeuille d’actions en bourse.

Voici pourquoi, études à l’appui.

Investir dans les actions à dividendes est un des principaux moteurs de la performance des actions

Sur le long terme, c’est même le principal moteur de la performance des actions.

Plusieurs études l’ont montré et mesuré.

Nous pouvons citer cette étude de Guinness Atkinson (pour le marché américain) qui me semble particulièrement claire.

Le graphique ci-dessous est tiré de cette étude. Il présente la comparaison de la performance de l’indice S&P 500 américain « nu » et « dividendes réinvestis » de 1940 à 2011 (l’échelle logarithmique a été utilisé tellement la différence est importante !) .

SP500TotalReturnLight

Ainsi, 100 $ investi en 1940 dans l’indice S&P 500 « nu » (« price return » dans le graphique) vaudrait aujourd’hui 12 000 $ (non ajusté de l’inflation) contre 174 000 $ investi dans l’indice S&P 500 « dividendes réinvestis » (« Total return »).

Autrement dit, sur cette longue période, les dividendes représentent plus de 90% de la performance des actions !

Cette étude montre que, plus l’horizon de temps est long, plus la part des dividendes est importante dans la performance des actions. Ainsi, aux USA, les dividendes représentent entre 25% et 75% de la performance des actions depuis 1940, avec une moyenne de 50%.

Le tableau ci-dessous présente la part moyenne de la performance des actions américaines sur différents horizons de temps (de 1 à 20 ans) et sur la période 1940-2011.

TimeToReturnLight

L’observation est identique pour le marché européen et français.

Comme le note une étude d’Allianz Global Investors de Mars 2015 , « sur une période glissante de 5 ans, les dividendes ont régulièrement contribué positivement à la performance de l’indice MSCI Europe depuis 1970. Les dividendes ont représenté environ 39% de la performance totale annualisée des investissements en actions au sein de l’indice MSCI Europe sur l’ensemble de la période. »

En France, selon Euronext, sur 20 ans, les dividendes ont représenté 44% de la performance des actions du CAC 40 (source Euronext à fin 2015). Sans les dividendes, la performance aurait même été négative sur 10 ans.

PerformanceCACDividendesLight

 

Selon l’AMF (Autorité des Marchés Financiers), « le réinvestissement des dividendes source de plus de la moitié du rendement des actions. De 1988 à 2013, les montants investis en actions françaises ont été multipliés par plus de 5. Cette progression correspond à un rendement annuel réel moyen de 6,6%. Sans réinvestissement des dividendes, le rendement a été 2 fois moindre. Le capital de départ n’a été multiplié que par 2,5, soit un rendement réel moyen de 2,6% par an.»

Conclusion n°1 : le réinvestissement des dividendes est la clé de la performance boursière

Les études ci-dessus montrent clairement que le versement des dividendes, loin de constituer un « risque », un « handicap » est un gage de performance d’un portefeuille boursier.

Cette constatation vient ainsi tordre le cou à une vision bien française des dividendes qui seraient « dangereux » pour les entreprises et, corollairement, pour notre portefeuille boursier.

Mais attention, ces études calculent le rendement avec réinvestissement des dividendes. Elles supposent donc que, en tant qu’investisseur, vous ne vous versiez pas les dividendes mais que vous les réinvestissiez.

C’est, en particulier, le cas dans une phase d’épargne.

Dans ce cas, le réinvestissement des dividendes permet d’augmenter significativement la performance de son portefeuille.

Conclusion n°2 : les meilleures actions à dividendes surperforment les autres actions

Si, comme nous l’avons vu, les dividendes constituent la principale source de la performance des actions, le corollaire de cette assertion est que les actions à dividendes sont les plus performantes.

Autrement dit, les dividendes constituant la plus forte composante de la performance des actions, il convient, dans une optique d’optimisation de la performance de son portefeuille de choisir des actions qui versent des dividendes de manière régulière.

Plusieurs études ont montré que :
• Les entreprises qui versent des dividendes surperforment celles qui n’en versent pas
• Les entreprises qui versent des dividendes en croissance sont les plus performantes.

Et les différences sont énormes sur le long terme.

L’étude qui fait référence sur le sujet est l’étude de la société « Ned Davis Research ».

Selon cette étude (portant sur les actions américaines du S&P 500 de 1972 à 2014), les actions à dividendes (« all dividend paying stocks ») ont une performance 40 fois supérieur à celles ne versant pas de dividendes ! Et celles qui versent un dividende croissance ont une performance près de 60 fois supérieure !!

Rule-4-Picture-e1408294095333Light

On retrouve d’ailleurs les observations notées sur les meilleures actions à dividendes américaines : les « Dividend Aristocrats », à savoir une performance presque 2 fois supérieure au marché américain (dividendes non réinvestis).

Attention, ces chiffres sont des moyennes sur un grand nombre d’actions. Cela ne signifie pas que telle ou telle action qui ne verse pas de dividendes soit, a priori, un mauvais placement.

Ces chiffres étant des moyennes observées sur un large panier d’action, il est intéressant de vérifier sur quelques cas particuliers.

Le tableau ci-dessous présente la performance sur 10 ans de quelques actions belles actions à dividendes (des « Dividend Aristocrats ») qui versent des dividendes croissants (en bleues) comparée à celle de 2 très belles actions qui ne versent pas de dividendes : Apple et le fonds de Warren Buffet, Berkshire Hathaway.

La comparaison est particulièrement désavantageuse pour les actions à dividendes puisque’elles se comparent avec :
• Apple qui, sur les 10 dernières années, est peut-être la meilleure performance boursière, devenant ainsi en 2015 la première capitalisation boursière mondiale. Une autre période de référence aurait été beaucoup avantageuse pour Apple.
• Bershire Hathaway qui est le fonds d’un des hommes les plus riches de la planète (Warren Buffet) et qui a une performance historique phénoménale de plus de 20% (1965-2015).

Bref, la comparaison se fait avec une entreprise extraordinaire et un gérant « hors norme ».

Que voyons-nous ? A l’exception d’Apple, la performance (dividendes réinvestis) des actions à dividendes en croissance régulière est supérieure à celle de Warren Buffet. Le principal facteur de cette performance est bien les dividendes réinvestis.

RentaActionsDividendes

Ainsi, une action « bon père de famille » telle que AT&T (télécoms) surpasse la performance de Warren Buffet de près de 20% alors que le cours de l’action a été 2,5 fois moins performant ! Et ce, grâce aux dividendes.
Il en est de même avec une action comme HCP, malgré un cours de bourse 4 fois moins performant !!

Conclusion n°3 : l’influence du prix d’achat des actions est négligeable par rapport aux dividendes

Enfin, tous ces chiffres (j’espère que ce n’est pas trop indigeste 🙂 montre que, au final, et sur le long terme, le prix d’achat des actions a peu d’importance.

La performance des actions étant majoritairement impacté par le versement des dividendes, la performance boursière de l’action est peu influencée, à long terme, par la différence entre le prix d’achat et de vente des actions.

Autrement dit, pour un investisseur de long terme, et dans le cadre d’une phase d’épargne caractérisée par un réinvestissement des dividendes, il est plus important de se focaliser sur la pérennité et la croissance des dividendes que sur le prix des actions !

C’est aujourd’hui exactement ma démarche. C’est pourquoi, dans mes analyses et mes choix d’actions à dividendes, je me concentre sur le dividende bien plus que sur le « juste prix » des actions.

Pour information, à titre personnel, cette importance des dividendes dans la performance de mon portefeuille est particulièrement nette. De 2012 à mi-2016, mon portefeuille boursier a augmenté de 125 000 € alors que le montant de mes dividendes sur cette période s’élève à environ 110 000 €. Les dividendes (ou plutôt le réinvestissement de mes dividendes) représentent ainsi 90% de la performance de mon portefeuille (voir mon article « Mes revenus de dividendes« ). J’avoue que c’est une proportion que je n’avais pas imaginé avant de faire cet article !

Cet article vous a plu ? Recevez nos articles dès leur parution




11 Commentaires

Laisser un commentaire (votre adresse mail n'est pas publique)