Mon Avis : Faut-il Suivre les Conseils Boursiers ?


Faut-il suivre les conseils boursiers pour savoir quelles actions acheter en ce moment ? Est-ce que les conseils des analystes de bourse sont justes ? Comment reconnaît-on les meilleurs conseils boursiers ? Comment bien les utiliser en 2020 ?

De nombreux sites proposent des conseils de bourse comme Les Echos, le Revenu. Vous pouvez parfois en trouver aussi sur des forums comme celui de Boursorama.

Je vais ici répondre à ces questions que vous vous posez sûrement.

Et pour illustrer mon propos, je vais prendre l’exemple de l’action Amazon.

Si, sur la base d’un conseil bourse, vous aviez acheté pour 10 000 € d’actions Amazon en Janvier 2000, votre investissement vaudrait aujourd’hui plus de 400 000 € (août 2020) !

Est-ce que cela aurait été un bon conseil pour vous ? Je pense que la plupart d’entre vous dirait que c’était assurément un bon conseil boursier.

Mais je n’en suis pas sûr.

Car il y a un problème ici. 

Et ce problème, il faut absolument que vous le connaissiez avant d’écouter les conseils bousiers. 

Ce problème, il faut que vous en soyez conscient avant d’investir. 

Car ce problème peut vous faire perdre beaucoup d’argent si vous n’en mesurez pas toute l’ampleur. 

Il faut donc que je vous en parle aujourd’hui des conseils boursiers.

Les conseils des analystes sont-ils rentables ?

Vous le savez, je ne suis en aucun cas un “professionnel” de la finance, de la Bourse. Je ne travaille pas et je n’ai jamais travaillé dans ce secteur, dans ce milieu.

Je suis un particulier comme vous, un “passionné” de la bourse qui n’a d’autre but que celui de partager avec vous ce que j’ai appris de la bourse en investissant moi-même. Mon objectif est de vous permettre d’apprendre et de vous fournir des “clés” de compréhension pour investir avec succès.

Mon crédo, c’est de vous convaincre que la “Bourse, c’est simple, c’est pas compliqué”.

Je ne fais donc pas partie du sérail de ces financiers qui nous font croire qu’ils sont des “experts” de la Bourse et dont les résultats prouvent, en général, le contraire (alors que je vous montre ici mon portefeuille d’actions de dividendes en toute transparence).

A cet égard, dans le registre qui nous intéresse ici des conseils boursiers, les soit-disant “experts” dans ce domaine sont les “analystes”.

Les “ânes à listes”, comme je les appelle, ont pour métier de formuler des recommandations d’achat ou de vente sur les actions. 

Faut-il suivre les conseils des analystes ? Les conseils d’achat/vente des analystes sont-ils rentables ?

Une étude 2018 sur le sujet a analysé les performances boursières sur l’année 2018 de plus de 11 000 conseils boursiers sur les actions américaines du S&P 500.

Le résultat est catastrophique. Pas mauvais, pas moyen, pas nul, non, catastrophique.

C’est bien simple : les actions ayant eu les plus mauvaises performances boursières entre le début et la fin de l’année 2018 sont les actions ayant reçu le plus de conseils à l’achat en début d’année. Avec une performance moyenne d’environ -4%, soit à peu près la performance du marché au global.

Inversement, les actions ayant eu les meilleures performances boursières en 2018 sont les actions ayant reçu le plus de conseils à la vente. Avec une performance moyenne d’environ +4%, soit à peu près 2 fois mieux que le marché au global.

La conclusion est sans appel : selon cette étude et sur un horizon de 12 mois, les conseils des analystes ne sont donc pas des conseils efficaces, performants pour choisir les meilleures actions. Plusieurs autres études sont d’ailleurs arrivées à ce même constat (voir ici par exemple). 

On pourrait même dire l’inverse : selon cette étude, les conseils de vente des “ânes à listes” apparaissent même comme le meilleur indicateur de prédiction de la performance des actions. 

Autrement dit, plus les analystes sont nombreux à conseiller de vendre une action, plus la probabilité de gain est forte.

Vous comprenez donc pourquoi, personnellement, je ne prends aucunement en compte les conseils de ces “ânes à listes” pour choisir mes actions. D’autant plus que mon horizon de placement est bien plus long que l’horizon de 12 mois.

Mais, si ça vous amuse, vous pouvez regarder les recommandations et conseils d’analystes sur le CAC 40 sur le site Boursorama.

Suivez-vous les conseils d’achat ?

Imaginez, on est le 1er Janvier 2000. 

Sur un conseil d’achat, vous achetez pour 10 000 € d’actions Amazon en Janvier 2000 au prix de 65 $/action.

Ca commence pas très bien puisque, trois mois plus tard, en mars 2000, c’est le “krach des dotcom” qui entraîne un krach boursier général. 

Et bien évidemment, comme vous ne vivez pas dans une caverne, la télé et la radio vous matraquent toute la journée ces mauvaises nouvelles et vous expliquent dans les moindres détails la catastrophe à venir. 

Vous ne pouvez pas ignorer que votre action Amazon est touché puisqu’elle perd près de 80% en 1 an.

En Septembre de cette année 2001, c’est le 11 Septembre et peut-être la plus grosse catastrophe aux Etats-Unis depuis la fin de la guerre. 

le 1er Janvier 2002, votre action a baissé de 86% !! 

Ce que vous aviez acheté 65 $ ne vaut plus que 15 $. 

Vos 10 000 € se sont transformés en moins de 1 500 € en 2 ans !

Et si Amazon est encore côtée alors que la plupart des autres “start-up” ont fait faillite à cette époque, vous vous posez juste la question de savoir pour combien de temps encore.

Pour continuer mon récit, je vais supposer que vous ne vendez pas vos actions Amazon en ce début 2002.

Perdu pour perdu, s’il y a une infime chance que l’action remonte, autant la saisir. 

à ce stade, vous vous promettez quand même de vendre vos actions Amazon si l’action n’a pas remonté pendant l’année 2003 !

Et là, les choses commencent à mieux tourner.

1 an plus tard, début 2003, vous constatez que l’action Amazon a remonté ! 

Elle est passé de 15 $ à 22 $. 

Vous attendez avec impatience le retour au prix d’achat.

Début 2004, vous y êtes presque car l’action revient à 50 $ ! 

Vous êtes passé de 1 500 € à près de 7 000 € de capital ! 

Vous commencez à reprendre espoir pour atteindre le point d’équilibre. 

Les années 2005 et 2006 ne sont pas fameuses et l’action ne décolle pas comme vous voulez.

Début 2007, vos 10 000 € se sont transformés en 5 000 €. Vous êtes donc à – 50%.

La crise de 2008 arrive, vos espoirs de gains sont définitivement évanouis.

Mais, ô miracle, vous constatez en Avril 2009 que vos actions sont revenues à 65 $. Vous ne comprenez pas bien comment cela est possible, mais vous ne vous posez pas de question et vous vendez avec un léger gain de 500 € !

Qu’est-ce qu’une bonne décision en bourse ?

Que ce sont de bons conseils boursiers ?

Vous avez compris que, bien qu’au final, ce conseil d’achat des actions Amazon fut un conseil judicieux, il est très peu probable qu’il vous aurait rapporté les plus de 400 000 € qu’ils valent aujourd’hui ! Vous auriez vendu bien avant !

Cette histoire, c’est la vraie vie d’un investisseur boursier qui place son argent en bourse.

Vous avez compris qu’investir en bourse, c’est d’abord avoir un objectif précis et s’y tenir.

Un objectif, ce n’est pas “gagner de l’argent” ! Ca, ça ne veut rien dire, ça ne vous ménera nulle part car dans ce cas vous acheterez n’importe quelle action, vous suivrez n’importe quel conseil d’achat.

A mon avis, il faut, comme moi, avoir un objectif précis de savoir combien on peut gagner en bourse par mois

Ainsi, personnellement, je n’aurais pas acheté d’actions Amazon en 2000 ni maintenant car elle ne me permet pas d’atteindre mon objectif de rente puisqu’elle ne verse pas de dividendes. Mon objectif n’est pas de “faire des plus-values”. 

Je gagne de l’argent en bourse en gagnant des revenus avec un objectif précis, chiffré chaque année.

C’est là tout l’intérêt de l’investissement dans les dividendes : Vous pouvez connaître et prévoir avec une grande fiabilité combien de revenus vous allez gagner aujourd’hui, demain et après-demain.

Et vous profiterez aussi de la valorisation de la bourse à long terme grâce aux meilleures actions à dividendes (comme les “Dividend Aristocrats” ou les Reits américaines).

Vous avez aussi compris qu’investir en bourse, c’est aussi connaître et déterminer votre horizon de placement.

Ca veut dire concrétement que, sur cet horizon de placement, vous devez ne pas avoir besoin de retirer votre argent, sauf en cas de force majeur. 

Mais c’est aussi une décision que vous devez partager et prendre en famille, pas dans votre coin pour que les choses soient bien clairs et éviter des crises familiales, des scènes de ménage ou d’avoir à vendre au pire moment.

Investir en bourse avec succès, c’est aussi déterminer pourquoi acheter une action, quand l’acheter. Et aussi quand et pourquoi la vendre.

Investir en bourse avec succès, c’est aussi savoir pourquoi et comment diversifier son portefeuille. L’histoire que je vous ai raconté est peut-être caricaturale de ce côté-là, j’en conviens.

Mais elle n’en demeure pas moins vrai.

Encore faut-il savoir comment bien diversifier son portefeuille. Et de côté-là, aussi, il n’y a pas de bonne diversification, il n’y a qu’une diversification qui vous permet d’atteindre vos objectifs.

Investir en bourse, c’est savoir comment la Bourse fonctionne.

La connaissance de son fonctionnement vous permet de savoir comment réagir à chaque phase de hausse ou de baisse ! La bourse monte ? Votre stratégie vous permettra de décider s’il faut vendre ! La bourse baisse ? Vous saurez s’il faut acheter ou vendre !

Investir en bourse avec succès, c’est au final surtout une affaire personnelle.

Décider, prendre les bonnes décisions ne dépend que de vous. Mais encore faut-il en être capable.

Et c’est là que c’est intéressant car cela ne dépend que de vous : de vos connaissances bien sûr, mais aussi de votre stratégie, de votre caractère, de vos biais, de vos peurs, de votre manière de prendre des décisions, de votre capacité à apprendre, de votre capacité à tenir vos objectifs, à s’adapter à chaque situation …

C’est pour ça que j’aime la bourse.

Elle est révélatrice de la personnalité de chacun d’entre nous ! Le succès dépend avant tout de notre psychologie, de notre caractère et non du choix des actions.

Bien se connaître est finalement le meilleur moyen de réussir en bourse ! On en revient toujours à Aristote !

Vous comprenez donc qu’il n’y a pas de bons conseils boursiers d’achat d’actions !

Car tout dépend de vous ! De vos objectifs, de votre horizon de temps, de votre capacité de définir une stratégie et s’y tenir, de votre personnalité, de votre caractère.

Les blabla des médias, c’est peut-être distrayant, ça vous donne parfois peut-être des idées, mais cela ne représente au maximum que 5% de ce dont vous avez besoin pour réussir en bourse.

Vous comprenez également pourquoi je publie peu de vidéos sur le choix d’actions. C’est peut-être ce que beaucoup attendent, mais c’est aussi la dernière chose utile pour réussir en bourse. 

Vous êtes bien évidemment libre d’écouter les conseils boursiers d’achat.

Mais vous seuls pouvez prendre en main votre argent. C’est votre argent !

Ne laissez pas les autres choisir à votre place.

Vous seuls pouvez décider de vos investissements.

Les conseillers ne sont pas les payeurs.

Vous avez aujourd’hui tous les moyens, toutes les ressources, tous les élèments pour réussir en bourse.

Personne ne vous connait mieux que vous. Personne n’est à votre place.

Vous seuls pouvez décider de commencer maintenant.

Vous avez toutes les cartes en main.

A vous de jouer !

Sources de la vidéo :

  • https://insight.factset.com/sp-500-companies-with-lowest-percent-of-buy-ratings-are-top-performers-in-2018
  • https://www.youtube.com/watch?v=HqisHKpFgnM
  • https://www.youtube.com/watch?v=3rVfx3ZXLAo

You May Also Like

2 Comments

  1. Bonjour,
    la réponse est clairement non. D’une part, l’analyse fondamentale est complètement déconnectée de la réalité, de l’état du marché et du bruit des cotations. D’autre part, le bon moment pour acheter ou vendre peut changer du tout au tout en fonction de l’évolution du cours et des cours passés.
    Pour faire court, il faut que chaque investisseur ou trader apprennent à prendre ses propres décisions. Car un conseil peut ne plus être valable le lendemain.

  2. J’aimerai connaitre les critères pour être une actions Diva ?
    Je cherche à savoir pourquoi l’action Solvay (BE0003470755) n’est pas un titre Aristocrat ? merci pour votre retour.

Laisser un commentaire (votre adresse mail n'est pas publique)