Dividendes Aristocrats : Mise à jour 2018

Vous connaissez les actions à dividendes croissants appelées “Dividend Aristocrats” ?

Parmi les actions qui versent des dividendes régulièrement, les « Dividends Aristocrats » ont une place particulière dans le classement des meilleures actions à dividendes.

Leur attrait est tel que ce type d’actions constitue une classe d’actif spécifique à l’investissement dans les dividendes aux Etats-Unis (un indice, des fonds et trackers/ETF de dividendes existent sur cette classe d’actifs).

Nous allons évoquer ici à la fois les “Dividend Aristocrats” des Etats-Unis (S&P 500) et les “Dividendes Aristocrates” de France.

Il me semble intéressant de faire un point sur ces “Dividend Aristocrats”, tant sur le point de leur nombre que sur celle de leur performance boursière ces dernières années.

Les “Dividend Aristocrats” des USA (S&P 500) : évolution du nombre et de la performance

Pour rappel, les « Dividend Aristocrats » des USA est une sélection d’actions américaines appartenant à l’indice S&P 500 et ayant augmenté leurs dividendes chaque année depuis au moins 25 ans.

Sa composition est fluctuante et dépend de la pérennité de la croissance du dividende des sociétés.

Si on en comptait 42 en 2010, 50 en 2012, la liste comportait 52 sociétés en novembre 2015 et 50 au premier trimestre 2016,

En 2018, la liste des “Dividend Aristocrats” a augmenté puisque leur nombre se monte maintenant à 53 actions.

On compte en 2018 :

La performance de l’indice des « Dividend Aristocrats » a été exceptionnelle au cours de la dernière décennie puisque le rendement moyen a été de 10,4%/an contre 10,7%/an pour l’indice S&P 500. Et ce, avec une volatilité moindre (13,7%/an contre 14,7% pour l’indice S&P 500).

Cela dit, l’indice des “Dividend Aristocrats” a sous-performé le S&P 500 (légèrement) ces dernières années. La sous-performance depuis 2015 est la suivante :

  • 2015: -0,5%
  • 2016: -0,1%
  • 2017: -0,1%
  • 2018 : -2,9% (à fin Juillet)

Quelle est la cause de cette sous-performance?

Il est difficile de dire exactement, mais il est important de comprendre que toutes les stratégies passent par des périodes de sous-performance.

Dans le cas des Dividend Aristocrats, la stratégie a tendance à surperformer le S&P 500 dans les périodes de marchés baissiers … Et nous sommes sur un marché haussier depuis 2009 !

La majeure partie de la surperformance des Dividend Aristocrats est due au fait qu’il s’agit d’entreprises de grande qualité qui ont tendance à bien se comporter pendant les récessions par rapport au reste du marché. L’indice est, après tout, composé d’entreprises qui continuent à augmenter leurs dividendes même en période de récessions.

Ainsi, en 2008, l’indice Dividend Aristocrats a surperformé le S&P 500 de +15,1%. Le S&P 500 a eu une performance de -37,0%, contre -21,9% pour l’indice des “Dividend Aristocrats”.

Les “Dividend Aristocrates” vont vraisemblablement suivre le pas ou légèrement sous-performer lors des marchés haussiers vigoureux et surperformer de manière significative lors des récessions.

À cause de cela, je m’attends à ce que les aristocrates de dividendes «prouvent leur valeur» à chaque nouvelle récession.

Téléchargez la liste des "Dividend Aristocrats" US

  • La liste complète des actions
  • Format PDF, Excel, Google Finance
  • 100% gratuit !

Entrez votre Email,pour recevoir la liste :

privacy Une liste exclusive RevenusEtDividendes.com

 

 

Les “Dividend Aristocrats” de France : évolution du nombre et de la performance

Les “dividendes aristocrates” de France est une liste que j’ai créé en 2016.

Sur le modèle des « Dividend Aristocrats » américains, j’ai en effet décidé de créer et de suivre les « dividendes aristocrates » (en français) de France.

Je leur ai même donné un nom : les “Divas” (acronyme pour DIVidendes AristocratS). Je trouve que ce nom leur va “comme un gant” 🙂

Cette terminologie, issue de la contraction du nom, reflète bien d’ailleurs la caractéristique de ces actions d’être des « vedettes » et des actions « éminentes dans leur domaine » (définition Larousse).

Sur le modèle leurs consoeurs américaine, les « Diva » françaises sont une sélection d’actions qui ont les caractéristiques suivantes :

  • une capitalisation boursière supérieure à 5 milliards €
  • une augmentation des dividendes chaque année depuis au moins 10 ans

Ces critères sont purement subjectifs de ma part, mais reflète bien la “philosophie” et l’”esprit” des dividendes aristocrates tels qu’ils ont été établis avec la liste américaine : des grandes sociétés (critère de la capitalisation boursière) avec des dividendes en augmentation chaque année.

Je n’ai pas pris comme critère d’appartenir à l’indice du marché parisien (CAC 40) contrairement aux « Dividend Aristocrats » américains (qui appartiennent à l’indice S&P 500) pour ne pas limiter le nombre de sociétés de la liste (une société des « Diva » n’appartient pas au CAC 40).

Par ailleurs, la durée de prise en compte de l’augmentation des dividendes pour les « Diva » a été réduite à 10 ans (contre 25 ans pour les « Dividend Aristocrats » américains) pour permettre d’avoir un nombre suffisamment important de sociétés éligibles et laisser la possibilité d’accueillir d’autres sociétés françaises dans cette liste dans le futur.

La liste était initialement composée de 4 sociétés.

En 2018, une nouvelle société a fait son entrée dans le groupe des “dividendes aristocrates” françaises. En raison de sa performance boursière de 2017, cette société a ainsi passer en début d’année 2018 le cap des 5 milliards de capitalisation boursière et a donc pu intégrer l’indice.

Pour découvrir cette action, téléchargez la liste des “Divas” françaises ici (format PDF, Excel et Google Docs) :

Au vu des performances de plusieurs sociétés ces dernières années, je prévois de nouvelles entrées dans ma liste des dividendes aristocrates françaises en 2019 et/ou 2020 ! Je vous tiendrai au courant…

Qu’en est-il de la performance des “Divas” ?

Il se trouve qu’on remarque la même tendance qu’avec les USA !

Graphique réalisé avec le logiciel EZPortfolio

La performance est de +120% pour les “Divas” françaises contre + 118% pour le CAC 40 (entre le 01/01/2016 et le 01/09/2018).

Comme on le constate, la performance depuis début 2017 est plutôt inférieure à celle de l’indice parisien CAC 40, contrairement à l’année 2016.

Cet article vous a plu ? Notez-le :

[Total: 1 Average: 5]

You May Also Like

6 Comments

  1. Bonjour Bertrand,
    Merci pour cet article très intéressant.
    Je constate que le système des « DIVAS » est très restrictif, il faut que le dividende augmente tous les ans. J’ai pour ma part quand j’investis pour les dividendes une autre règle (relativement proche je le conçois) : des actions dont le dividende a augmenté ou stagné (mais jamais baissé) depuis 2000. Des exemples : Total, Klépierre… Avec la crise de 2008, je trouve que c’est assez pertinent ; c’était une très grosse crise et les entreprises qui avaient augmenté leurs dividendes entre 2000 et 2007 et qui l’ont maintenu pendant la crise sont des entreprises généralement bien gérées. Auriez-vous, ou prévoyez-vous de faire un travail similaire sur les entreprises dont le dividende n’a pas baissé depuis 15 ans (ou depuis 2000) ?

    Merci par avance, et merci pour votre site plein de bons conseils.

      1. Merci,
        Et si cela n’est pas indiscret, que pensez-vous de cette logique d’investissement, consistant pas uniquement à cibler les DIVAS, mais aussi celles dont le dividende ne baisse pas en temps de crise ?

        1. Je pense qu’il n’y a pas de bonnes actions, il n’y a que des actions qui permettent d’atteindre ses objectifs ! On peut choisir ces actions ou aussi des actions à haut rendement, cela dépend de chacun (profil de risque, objectifs d’investissement, moyens pour les atteindre, etc…). Ce n’est, par exemple, pour moi un critère parmi d’autres dans mes choix d’actions. Tout cela est expliqué en détails dans ma formation « Devenir rentier grâce à la bourse » !

Laisser un commentaire (votre adresse mail n'est pas publique)