Vaccin : les Profits et Dividendes des “Big Pharma”

Les discours sur les profits des “big pharma”, ces laboratoires pharmaceutiques qui commercialisent les vaccins contre le Covid-19, sont nombreux sur Internet ou les réseaux sociaux.

Les arguments utilisés contre ces laboratoires pharmaceutiques ayant développé des vaccins s’appuient sur 3 critiques principales :

  • D’abord, que ces “big pharma” généreraient des bénéfices faramineux sur ces vaccins.
  • Ensuite que ces bénéfices sont immoraux puisqu’ils viennent enrichir les actionnaires.
  • Et enfin que les brevets devraient être abolis pour permettre la diffusion des vaccins au plus grand nombre.

Je me propose d’apporter ma petite contribution au débat actuel en examinant la question de la vaccination sous l’angle des profits des “big pharma”.

  • Est-ce que les laboratoires pharmaceutiques “s’en mettent vraiment plein les poches” grâce au vaccin contre le Covid ?
  • Qui sont les entreprises qui en profitent le plus ?
  • Quel rôle joue la bourse (et les actionnaires) dans le développement de ces vaccins ?

Comme vous vous en doutez, si cette question m’intéresse aussi, c’est parce que, derrière cette critique des profits se cache bien évidemment une critique des versements de dividendes aux actionnaires.

Les pourfendeurs de ces “big pharma” ne manquent pas de faire remarquer que les laboratoires font partie des plus gros distributeurs de dividendes, avec, aux Etats-Unis, 2 laboratoires qui commercialisent un vaccin parmi les 10 premiers distributeurs de dividendes en montant en 2021.

Je vous propose donc de voir tout cela en détail pour vous aider à y voir plus clair et vous permettre de vous faire votre propre opinion sur le sujet.

Qui sont les “big pharma” qui commercialisent un vaccin contre le Covid ?

La première remarque que je voudrais faire par rapport à ces laboratoires, c’est que seuls Pfizer et Johnson & Johnson font partie de la liste de ce qu’on appelle les “big pharma”, c’est-à-dire les 10 plus grands laboratoires pharmaceutiques mondiaux.

Liste big pharma laboratoires pharmaceutiques

Même AstraZenecca n’en fait pas partie puisque AstraZenecca arrive à la 11ème position.

Les 2 autres sociétés, Biontech et Moderna, ne sont pas, à proprement parlé des “big pharma”. Ce sont, ce qu’on appelle des “biotechs”, des start-up dans le domaine de la biotechnologie.

Dire que les “big pharma” s’en mettent plein les poches avec le vaccin est donc déjà un abus de langage puisque seules 2 “big pharma” commercialisent un vaccin contre le Covid-19.

Les bénéfices d’AstraZeneca avec le vaccin

Commençons par examiner le vaccin le plus largement utilisé dans le monde.

Comme vous le voyez sur ce graphique, c’est le vaccin du laboratoire AstraZenecca qui est celui utilisé dans le plus de pays au monde.

les vaccins contre le covid les plus utilisés

Cela ne veut pas forcément dire qu’il est administré au plus grand nombre de personnes puisque de nombreux pays ont, au cours de l’année 2021, suspendu son utilisation.

La France ne l’utilise plus et les doses achetées seront reversées aux pays en voie de développement ! C’est ça la générosité macronienne : on donne aux autres les vaccins qu’on ne veut plus !

Toujours est-il qu’avec plus de 1 milliards de doses de vaccin qu’AstraZenecca prévoit de livrer en 2021, il fait partie des principaux laboratoires pharmaceutiques à commercialiser un vaccin contre le Covid-19.

Et le moins que l’on puisse dire, en regardant le cours de bourse, c’est que la bourse ne croit pas, mais pas du tout qu’AstraZenecca s’en mette plein les poches ! 

Sur un an, le cours de l’action AstraZeneca a été 7 fois moins performant que celui du S&P 500.

Et d’ailleurs, les chiffres publiés fin juillet 2021 par le laboratoire anglo-suédois, le confirment : si le chiffre d’affaires de la société est en augmentation de 18%, le vaccin contre le covid ne représente que 5% de ce montant.

Pire que ça, le vaccin aurait même généré 13 millions de pertes sur le premier semestre pour AstraZenecca ! Attention, je parle ici au conditionnel car je n’ai pas pu confirmer cette information en lisant le rapport d’activité de la société.

Il faut dire que la société, dirigée par un Français, avait dit dès le départ qu’elle faisait œuvre de philanthropie puisqu’elle ne comptait pas faire de bénéfices sur ce vaccin. 

Une des raisons à cela tient au fait que le prix de son vaccin est le plus bas de tous les laboratoires. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le vaccin est aujourd’hui principalement distribué dans les pays en voie de développement.

Mais, elle ne s’attendait certainement pas à perdre de l’argent avec ce vaccin ! 

Ce sont les résultats des déboires dans la production et la livraison des vaccins ainsi que les doutes récurrents sur son efficacité qui ont entraîné de nombreuses annulations de commande !

Mais, en tout cas, pour AstraZenecca, le vaccin contre le Covid-19 est loin d’être une “poule aux oeufs d’or” ! C’est plutôt, jusqu’à maintenant, un échec industriel et financier. 

Quels bénéfices pour le vaccin Johnson & Johnson ?

Maintenant, si on regarde la société Johnson & Johnson, on s’aperçoit aussi que la bourse est loin de considérer le vaccin comme une manne financière pour la société puisque, sur un an, la performance boursière de Johnson & Johnson est plus de 2 fois inférieure au S&P 500.


Rien d’étonnant à cela puisque la société prévoit que le vaccin contre le Covid ne représentera que 3% de ses ventes en 2021, et environ 600 millions de doses commercialisées. Comme AstraZenecca, la société a annoncé que son vaccin, qui a la particularité de nécessiter qu’une seule dose, serait vendu sans bénéfices pendant la pandémie. 

Cela s’explique d’ailleurs aussi par son prix de vente de 8 $, certes plus élevé que celui d’AstranZenecca en raison de sa dose unique, mais largement inférieur à celui de ses autres concurrents.

Même si Johnson & Johnson prévoit de vendre plus de 3 milliards de doses de son vaccin en 2022, on peut dire aujourd’hui que la bourse a bien compris que ce n’était pas le vaccin qui allait faire exploser les bénéfices de la société ! 

Avec AstraZenecca et Johnson & Johnson, on est quand même à plus de 1,5 milliards de doses de vaccins commercialisées sans bénéfices, voire peut-être même à perte ! 

Avouez qu’il y a quand même mieux comme “machine à cash” !

Les bénéfices de Pfizer avec le vaccin

Si on regarde maintenant le 3ème laboratoire pharmaceutique, on s’aperçoit que la bourse semble plus convaincue par l’intérêt du vaccin pour Pfizer. 

On ne peut néanmoins pas dire que c’est une conviction délirante puisque depuis 1 an le cours de bourse de Pfizer a progressé globalement dans les mêmes proportions que l’indice général de la bourse américaine.

Les investisseurs auraient pourtant de quoi être plus enthousiastes au vu des résultats et des perspectives annoncées par la société.

Pfizer, qui contrairement à AstraZenecca et Johnson & Johnson ne compte pas vendre son vaccin sans bénéfices, prévoit de réaliser plus de 33 milliards de dollars de chiffre d’affaires avec le vaccin en 2021, ce qui en ferait le premier produit de Pfizer avec 41% du Chiffre d’Affaires.

Infographie: Pfizer dopé par le vaccin contre le Covid-19 | Statista

Cela devrait en faire aussi le plus gros blockbuster de l’histoire de la pharmacie. Et ce chiffre pourrait même encore grimper. Cette estimation des ventes se base en effet sur les contrats de livraison de 2,2 milliards de doses déjà signés à fin juillet. Or, Pfizer prévoit d’augmenter la capacité de production d’ici à la fin de l’année à 3 milliards de doses. 

Et l’avenir semble prometteur pour ce vaccin Pfizer, développé avec la société allemande Biontech, puisqu’il a récemment été approuvé par les autorités sanitaires américaines sans conditionnalité. Sa mise d’autorisation sur le marché n’est plus, aux Etats-Unis, “conditionnelle” comme pour les autres vaccins.

La recommandation d’une troisième dose pour combattre le nouveau variant Delta, le développement de la vaccination pour les enfants devrait encore assurer des ventes records en 2022 avec des contrats d’ores et déjà signé pour la livraison d’au moins 1 milliard de doses en 2022 et une capacité de production augmenté jusqu’à 4 milliards de doses l’an prochain.

Alors, au vu de ces chiffres et de ces prévisions, vous vous demandez sûrement pourquoi le cours de bourse de Pfizer n’a pas plus augmenté que cela !

A mon avis, il y a 3 raisons qui expliquent cette relative méfiance des investisseurs :

  • D’abord, il faut savoir que Pfizer partage les ventes et les bénéfices du vaccin avec la société de biotechnologie Biontech. 

    Dans ce cadre, si Pfizer ne communique pas le montant des bénéfices générés par le vaccin, on peut estimer que la société générera entre 4 et 10 milliards de dollars bénéfices liés au vaccin en 2021, soit une estimation personnelle entre 2 $ et 4 $ de bénéfices par dose. 

    Ce qui porterait son bénéfice entre 15 et 20 Milliards de dollars en 2021.

    Comme vous le voyez sur ce graphique, ce bénéfice total n’a néanmoins rien d’exceptionnel pour la société.

  • Ensuite, pour 2022, malgré les éventuelles livraisons de vaccin, les estimations de bénéfices sont plus basses qu’en 2021. La bourse anticipe donc une baisse globale des bénéfices de la société, en particulier sur ses autres produits. 

  • Enfin, je pense que les investisseurs sont aussi soucieux des éventuels procès que pourraient subir la société. 
    Il faut savoir que, dans cette industrie, ces procès sont monnaie courante et qu’ils peuvent arriver plusieurs années après le traitement, avec des montants de dommages et intérêts faramineux ! De quoi calmer les ardeurs des investisseurs sur l’investissement dans ces laboratoires pharmaceutiques.

Les dividendes des “big pharma”

Si on regarde les versements de dividendes de ces 3 laboratoires qui sont les seuls à verser des dividendes parmi les 5 sociétés étudiées, on s’aperçoit qu’ils sont loin d’égaler le rendement d’autres laboratoires qui ne commercialisent pas le vaccin contre le Covid.

On peut même dire que ces laboratoires sont en queue de peloton si on prend en compte la récente baisse du rendement de Pfizer suite à l’augmentation des cours.

Comme quoi, le vaccin contre le Covid 19 est loin de participer à l’enrichissement des actionnaires via le versement de dividendes ! Ce ne sont pas les laboratoires qui commercialisent le vaccin qui sont les plus généreux en matière de dividendes, loin de là !

Les bénéfices de Moderna et Biontech avec le vaccin contre le Covid

Alors, si on s’intéresse maintenant aux 2 biotechs qui commercialisent un vaccin contre le Covid, on s’aperçoit que les investisseurs ont identifié ces 2 sociétés comme les véritables gagnantes ! 

Dans les 2 cas, avec une performance boursière de près de 500% sur un an, la performance est plus de 17 fois celle du S&P 500.

Et bien évidemment, la bourse ne s’est pas trompée puisque, clairement, pour ces 2 sociétés, le vaccin, c’est le “jackpot” !

Pour ces 2 sociétés, qui n’avaient commercialisé aucun produit avant 2021, le vaccin devrait générer 16 milliards de dollars de chiffre d’affaires pour Biontech et 20 Milliards pour Moderna qui prévoit de livrer près d’un milliard de doses en 2021. Et les perspectives pour 2022 sont du même ordre, voire supérieures.

En termes de bénéfices, selon mon estimation personnelle, ceux-ci pourraient se monter à 8 Milliards de dollars pour Biontech et plus de 10 Milliards pour Moderna, soit des marges bénéficiaires particulièrement élevées de plus de 50% !

On remarquera d’ailleurs, sur ce point, que Moderna ne partageant pas les coûts et les bénéfices avec un autre laboratoire, selon mes estimations, ses bénéfices par vaccin sont environ 2 fois supérieurs à ceux de Biontech.

Alors, vous allez me dire : tu vois, Bertrand, ces laboratoires s’en mettent plein les poches !

En l’occurrence, pour ces 2 biotechs, je suis d’accord.

D’ailleurs, si vous êtes arrivé trop tard pour investir dans Biontech et Moderna et que vous recherchez ce type d’investissement, je vous signale qu’il y a une société française qui vient juste de s’introduire en bourse et qui développe un candidat de vaccin Covid en phase finale. 

Cette société, c’est la société française Valneva qui est devenue d’ailleurs la plus grosse biotech française en termes de capitalisation boursière suite à son introduction en bourse.

Introduite en mai dernier, elle a déjà progressé de plus de 70% depuis son introduction en bourse, contre 8% pour le S&P 500. 

Elle vient même de franchir un nouveau cap en annonçant récemment le dépôt d’une demande d’autorisation de son candidat vaccin auprès des autorités de santé britanniques.

  • Alors, est-ce que, au vu de ces profits, il serait légitime de demander la levée des brevets des vaccins ?
  • Et est-ce que l’on peut vraiment se plaindre que Biontech et Moderna fassent autant de bénéfices ?

Ce n’est clairement pas ma vision des choses, bien au contraire !

Car, ce qu’il faut rappeler, c’est le risque important qu’ont pris les investisseurs en finançant ces 2 biotechs.

Si on prend le cas de Moderna, il faut rappeler que cette société, créée en 2000, a passé les 20 premières années de son existence à faire de la recherche et développement ! Sans générer aucun chiffre d’affaires et en pure perte. 

Avec, en plus, une très faible probabilité de réussir !

La société a levé, au total, près de 5 Milliards de dollars auprès d’investisseurs privés et de la bourse entre 2010 et 2021 !

C’est ce financement qui lui a permis de mener ses recherches sur les vaccins ARN messager.

Il est facile de dire aujourd’hui que la société gagne trop d’argent, que ses profits sont indécents ! 

Qui d’entre nous aurait été prêt à investir dans une telle société en 2010 ou 2011 avec une perspective de gains plus qu’aléatoire ? 

Je ne sais pas vous, mais en tout cas pas moi ! 

C’est d’ailleurs pour cela que je n’investis jamais dans aucune biotech car je considère ce type d’investissement comme bien trop risqué !

À ceux qui jugent immoral de gagner beaucoup d’argent sur le malheur des autres (avec cette logique on mettrait au smic les médecins, les avocats, les garagistes, etc.) rappelons trois chiffres : 

  1. Le taux de succès des projets vaccinaux ne dépasse pas 15%, ce qui signifie que plus de 80% des vaccins ne débouchent pas sur un succès commercial (Moderna et BioNtech n’avaient jusqu’ici jamais réussi à vendre de vaccins).
  2. Pour qu’un vaccin soit commercialisé, entre la phase clinique et la mise sur le marché, la durée moyenne dépasse 10 ans.
  3. En moyenne, la recherche coûte plusieurs centaines de millions par an (500 millions de dollars en moyenne).


On ne s’improvise pas créateur et inventeur de vaccin en 15 jours ! C’est le résultat de plusieurs années de recherche et développement.

Ni même producteur en 1 mois. Rares sont les firmes disposant de l’expertise nécessaire : pour raisons de pureté et sécurité, le processus de production de vaccins est en effet un des plus rigoureux et complexes de l’industrie moderne.

D’ailleurs, et cela la presse ne l’a pas relayé, Moderna a proposé de donner sa licence à quiconque saurait produire son vaccin : elle n’a trouvé personne !

Il faut aussi accréditer des fournisseurs fiables, voire des fournisseurs de fournisseurs, tâche difficile comme l’illustre les soucis d’AstraZeneca ou même les problèmes récents de Moderna avec son sous-traitant japonais.

Alors, est-ce que tous ceux qui critiquent les profits faramineux de ces biotechs auraient dépensé eux-mêmes 1 centime pour financer la recherche et sauver des vies ?

Car la vérité est celle-là : c’est gâce à des méchants actionnaires, à une bourse cupide et avide qu’une société comme Moderna a pu inventer, développer et mettre au point un vaccin qui aujourd’hui sauve des millions de personnes.

C’est parce que des investisseurs ont pris un risque énorme, fondé sur des hypothétiques résultats positifs, et sur la base de beaux discours d’un PDG qui s’apparentait plus au professeur Foldingue ou à Nostradamus, qu’un vaccin contre le Covid existe aujourd’hui !

Est-ce que c’est indécent que ces personnes soient aujourd’hui récompensés à hauteur de 10 fois, 100 fois, 1000 fois leur mise pour, non pas leur courage, mais pour leur témérité, voire leur folie ?

Est-ce que c’est immoral que des actionnaires aient gagné de l’argent sur un produit qui a aujourd’hui une telle valeur ajoutée pour les autres ?

Dans combien d’autres sociétés ont-ils investi à perte, sans gagner 1 centime ?

A vous de voir, mais je pense que vous connaissez mon avis.

En tout cas, personnellement, aujourd’hui, quand j’entends ces discours sur la “financiarisation” de l’économie, je comprends que j’ai à faire à de dangereux personnages qui utilisent la rhétorique humaniste pour défendre une politique qui mènerait au désastre.

Et si effectivement, certaines sociétés ont pu recevoir des subventions étatiques allant jusqu’au milliard de dollars pour Moderna, ces subventions n’ont jamais servies à financer la recherche de vaccin, mais à accélérer les essais cliniques pour la mise sur le marché rapide des vaccins. 

Autrement dit, les subventions étatiques ont permis la mise sur le marché du vaccin en quelques mois au lieu de plusieurs années normalement. C’est donc une aide intéressée, mais pas une subvention pour les actionnaires.

Et l’idée d’interdire les brevets n’aura qu’une conséquence : plus personne n’investira dans la recherche et les biotechs. Avec les conséquences catastrophiques que cela pourra avoir pour le développement de futurs autres vaccins ou médicaments. Si ceux qui prennent ces risques élevés n’ont plus aucun espoir de gain, alors plus personne n’investira.

Au total, donc, si on fait les comptes, on s’aperçoit que près de 2 Milliards de doses, soit environ 35% du total en comptant les dons, seront livrées en 2021 sans bénéfices de la part des laboratoires pharmaceutiques.

Pour le reste, les bénéfices par vaccin, selon ma propre estimation personnelle, varient de 4 à 8 dollars pour Pfizer et Biontech et de 8 à 20 dollars pour Moderna.

Est-ce, au final, si indécent que cela ? Quand on sait que la dépense moyenne de médicaments par habitant en France est de près de 600 euros par an, cela relativise les choses.

Est-ce que vous ne seriez pas prêt à donner 10-20 euros à quelqu’un qui peut vous sauver la vie ? Est-ce que votre vie ou votre confort ne vaut pas 20 euros ? On parle là du prix d’un restaurant, une pizzeria par exemple !

Décidez donc sur la base de votre appréciation personnelle du risque/bénéfices des vaccins…mais pas sur la base d’une condamnation du rôle des actionnaires ! 

Alors, attention, ce que je dis là ne préjuge en rien de ce que je pense à titre personnel de la vaccination, et encore moins du pass sanitaire.

Je sais qu’en disant cela, je ne vais pas plaire à tout le monde, et d’ailleurs je serais intéressé d’avoir votre avis sur le sujet en laissant un commentaire.

8 réflexions au sujet de “Vaccin : les Profits et Dividendes des “Big Pharma””

  1. Bonjour,
    Entièrement d’accord avec vos propos.
    La pandémie, et ces 2 labos BioNTech et Moderna, ont fait faire un bond de géant à la médecine en arrivant à produire un vaccin aussi efficace en aussi peu de temps.
    Nous devrions les féliciter, et non pas les critiquer.
    On pourrait aussi remercier Dassault Systèmes dont la technologie numérique a été utilisée pour modéliser en 3D les molécules utilisées dans les vaccins, et ainsi accélérer leur mise au point.
    Après les vaches maigres, est venu le temps des bénéfices.
    Lesquels pourraient être éphémères, ou pas!
    Ce vaccin est leur unique source de revenus, pour l’instant.
    Certainement que la technologie utilisée, et maîtrisée par ces biotechs, va ouvrir de nouveaux horizons de recherche et de mise au point de nouveaux vaccins. Moderna y travaille déjà. Ce qui doit aussi être le cas pour BioNTech.
    La course est engagée puisque Sanofi (et certainement d’autres) travaille maintenant dans ce sens.
    C’est donc une nouvelle vie remplie d’incertitude qui s’ouvre pour ces biotech.
    Elles font de gros profits, et c’est amplement justifié au regard de leur réussite médicale, et face aux perspectives incertaines qui se profilent pour elles.
    Elles ont ouvert une nouvelle voie pour la médecine, et ça, jamais nous ne pourrons assez les en remercier.

    Répondre
  2. Merci Bertrand. Le discours anti-dividende (ou anticapitaliste) est de toute façon idéologique. J’ai un peu peur que ls tenants de ce discours ne te suive pas beaucoup. La logique, et je la partage, n’aura pas grand chose à y voir.

    Pour le vaccin, ayant fait partie dun big Pharma qui en fait, je te conseille de le faire pour deux raisons:
    1- Tu devrais être une personne de chiffres donc les risques encourus avec les vaccins sont de l’ordre de 1.000 fois moindres si tu as plus de 30 ans. Les ratios sont plus faibles en dessous.
    2- Ce sont les vaccins qui vont permettre une reprise de la vie normale…et la reprise tout cours (y compris des dividendes des banques)

    Bon courage

    Répondre

Laisser un commentaire (votre adresse mail n'est pas publique)