Voici la liste des MEILLEURS « Trackers de dividendes » et pourquoi ils ne font pas partie de mon portefeuille

Vous voulez investir dans les trackers (ou ETF) qui versent des dividendes ? Voici la liste des meilleurs trackers disponibles sur le marché français.

Voici donc une sélection des meilleurs trackers/ETF à dividendes.

Je vais également vous dire ce que j’en pense et, surtout, pourquoi ils ne font pas partie de mon portefeuille.

Qu’est-ce que les trackers/ETF ?

Au cours des dernières décennies, les ETF ( Exchange Traded Funds), aussi appelés communément « trackers » en France, sont devenus des supports d’investissement importants, attirant de plus en plus de capitaux. Ils se sont imposés essentiellement (mais pas seulement) grâce à leurs commissions réduites et à leur facilité d’accès en bourse (on les achète aussi facilement que des actions).

Les volumes des ETF ont ainsi explosé et représentent maintenant plus de 3 000 milliards de dollars d’encours dans le monde, dont 500 en Europe (2015). Fin 2016, en France, les trackers représentaient 25% de l’encours des fonds en actions (voir).

Les ETFs ont pour objectif de répliquer les variations d’un indice, à la hausse comme à la baisse. Il s’agit donc d’une gestion passive permettant au produit d’avoir une variation similaire à celle de son sous-jacent, sans aucune intervention stratégique pour tenter de surperformer l’indice.

Le gestionnaire des ETFS/trackers se limite ainsi aux activités administratives comme l’encaissement de dividendes ou la transposition de divisions de titres. Il intervient de façon très limitée sur l’ETF/tracker et par conséquent les frais de gestion sont moins élevés que les fonds gérés de manière active.

Les avantages principaux des ETF/trackers sont :

  • Ils sont moins chers que les fonds (SICAV/FCP) : les frais varient de 0,10% (voire moins maintenant) à 0,60%.
  • Ils sont transparents (dans une certaine mesure, voir ci-dessous).
  • Ils suivent un indice de manière automatique et (plus ou moins) précise.

Comme beaucoup de fonds mutuels classiques, les ETF/trackers suivent des indices boursiers ce qui les rend plus simples à aborder et immédiatement comparables aux fonds classiques en termes de performance.
Les ETF/trackers donnent ainsi, à travers les indices qu’ils répliquent et depuis une même place boursière, un accès immédiat à une multitude de classes d’actifs à travers le monde, et ce dans de multiples devises :

• Secteurs : santé, banque, télécom, industrie, consommation, assurance (…)
• Géographies : Asie, Chine, Europe, US, Afrique (…)
• Stratégie : large cap, small cap, dividendes, growth, value (…)
• Classe d’actifs : actions, obligations, matières premières, immobilier, monétaire (…)

Les meilleurs « ETF/trackers de dividendes »

Il convient de préciser que les « ETF/trackers de dividendes » ne sont pas les seuls à verser des dividendes. Mais les ETF/trackers de dividendes sont dédiés à cet objectif

Ces ETF/trackers sont un moyen simple et efficace d’investir dans un ensemble d’entreprises qui offrent des dividendes élevés et/ou réguliers. De plus, ils versent des dividendes (sur une base annuelle, semestrielle ou trimestriel).

Pour les investisseurs français, Euronext Paris donne accès à 6 trackers/ETF (en euros) de dividendes qui permettent d’investir dans les actions à dividendes européennes.

Voici donc ma sélection des 7 meilleurs trackers/ETF en euros disponibles sur le marché français (avec, pour chaque ETF/Tracker, son rendement) :

Pourquoi je n’investis pas dans ces « trackers/ETF » de dividendes ?

Plusieurs raisons me poussent aujourd’hui à ne pas investir dans ces « instruments ».

a) Tout d’abord, le manque de transparence sur le versement des dividendes.

Si vous souhaitez connaître l’historique de versement des dividendes, je vous souhaite bonne chance ! Je trouve cela même limite de la « désinformation ».

Quand vous investissez comme moi dans les dividendes pour gagner votre salaire, la performance passée de vos investissements est un critère important de sélection de mes actions. L’idée pour moi est ici de connaître l’évolution des dividendes versés pour mieux appréhender/juger mon investissement.

Or, dans ce domaine, les sociétés de gestion sont particulièrement opaques. Et de ce côté-là, la société française Amundi (filiale du Crédit Agricole – par ailleurs « leader européen » de la gestion d’actif) se distingue par son manque d’information. C’est totalement scandaleux ! Si j’ai réussi (après des heures de recherche) à trouver l’information du dernier dividende versé, je n’ai pas réussi à en trouver l’historique.

La société Lyxor (groupe Société Générale) est bien plus transparente sur ce point et j’ai remarqué qu’elle a fait de gros progrès depuis quelques années. Quant aux autres sociétés de gestion de ces ETF/trackers, ce n’est pas fameux (pas facile à trouver, mais à force de persévérance, on y arrive).

Le sentiment qui ressort de ce manque de transparence est que, ce type d’information (pourtant fondamentale) est réservée aux « gros » investisseurs. Nous, « petits » investisseurs individuels ne devont rien comprendre à ce type de choses, réservée aux « pros ». Une constante chez ces gérants de fonds (j’y reviendrai dans plusieurs futurs articles pour dire tout le mal que je pense de ces voleurs !).

Un comble quand même que ce « foutage de gueule » quand on sait qu’ils prélèvent des frais/commissions non négligeables (de 0,25% à 0,40% comme indiqué dans le tableau ci-dessus). Alors que les sociétés, elles, non seulement fournissent (de manière générale) une information complète sur leur historique de dividende et sans avoir rien à payer !!

Bref, cette opacité rend difficile pour moi mon travail d’évaluation de l’investissement dans ces ETF/trackers. Même s’il ne m’empêche pas de faire ce travail, il est très fastidueux et, comparé à l’investissement dans les actions à dividendes, clairement plus difficile !

b) Une absence de visibilité sur le dividende

Par ailleurs, le propre de ces trackers étant d’investir dans un panier (plus ou moins large) d’actions, il est quasiment impossible d’avoir une vision sur le dividende. Pour ce faire, il faudrait analyser chaque action qui compose l’indice et faire une estimation pondérée du poids de chaque action dans l’indice.

Une tâche d’autant plus difficile que la composition de l’indice (et le poids de chaque action) varie régulièrement et que, là encore, l’information de cette variation n’est pas fournie par les gérants (ils dépendent d’ailleurs des « indices de références » qui sont gérés par d’autres intervenants, eux non plus peu transparents).

Contrairement aux actions (en tout cas celles que je sélectionne) qui donnent des informations financières régulièrement et qui ainsi permettent d’avoir des éléments permettant de faire un travail d’anticipation sur le dividende, les trackers/ETF ne le permettent pas.

Bref, on est, avec les trackers/ETF, on est dans le « flou ».

c) Des objectifs d’investissements essentiellement axés sur le rendement.

Les trackers/ETF investissent tous (c’est leur raison d’être d’ailleurs) en suivant un indice particulier. Dans le cas des trackers/ETF de dividendes, ils investissent dans des indices qui suivent des actions de « rendement ».

Concrètement, leurs prospectus permettent de connaître précisément l’ indice qu’ils suivent. Ainsi :

  • « Le Compartiment cherche à répliquer la performance d’un indice composé de 30 actions avec les meilleurs rendements de dividende choisies parmi des sociétés de pays de la zone euro (Dow Jones EURO STOXX Select Dividend® 30 Index (€) » pour le tracker iShares Euro Dividend UCITS ETF.
  • « L’objectif de gestion du Fonds est de répliquer, le plus fidèlement possible, la performance en euro de l’Indice de stratégie « MSCI EMU High Dividend Yield » » pour le tracker AMUNDI ETF MSCI EMU HIGH DIVIDEND UCITS ETF.

A vous donc de comprendre, connaître chaque indice pour savoir ce que vous achetez lorsque vous achetez de tels ETF/trackers.

Globalement, et pour synthétiser, ces ETF investissent dans des actions à « haut » rendement  (européenne).

Ils privilégient donc la recherche du rendement « élevé ».

Or, cette stratégie n’est pas du tout la mienne. Je la considère d’ailleurs, à maints égards, comme dangereuse comme ces actions à haut rendement dont je me méfie (voir).

d) Une pérennité du rendement non assurée

Car, comme vous le savez, ma priorité est la stabilité et la pérennité du dividende.

Dans ce cadre-là, les trackers/ETF ne me donnent aucune assurance. C’est d’ailleurs normal puisque ce n’est pas leur objectif !

Voici, à titre d’exemple, l’évolution du dividende du tracker Lyxor UCITS ETF Stoxx Europe Select Dividend 30 (EUR) :


Pas vraiment un modèle de stabilité du dividende !

e) Un rendement trop faible

Comble de « l’ironie » (ou de « l’arnaque », comme vous voudrez), ces trackers/ETF à « haut rendement » ont des rendements…(que je considère) faibles !

En cette fin Janvier 2017, le tacker au rendement le plus élevé a un rendement de 5,26%. Assez loin de mon rendement de portefeuille de 6,5% (voir mon salaire de dividendes 2016).

Quel serait donc l’intérêt pour moi d’investir dans des trackers/ETF :

  • Qui versent des dividendes plus faibles que le rendement moyen de mon portefeuille…
  • ….Avec une pérennité non assurée
  • ….Une information manquante ne me permettant pas de faire mon travail d’évaluation et d’anticipation de dividende
  • ….Qui prélève des frais (de 0,25% à 0,40%) alors même que l’investissement direct dans les actions permet de recevoir les dividendes sans frais.

Attention, néanmoins, je ne dis pas que c’est un mauvais investissement, mais que c’est un investissement qui ne correspond et qui ne me permet pas de remplir mes objectifs boursiers.

Vous cherchez des actions à dividendes intéressantes pour votre portefeuille ? Regardez les dividendes aristocrates françaises

 

6 Commentaires

Laisser un commentaire (votre adresse mail n'est pas publique)